Reflexion sur la raison et l'intuition



Vous pouvez commenter ce texte si vous le désirez

La raison et l’intuition
Essai de Michel Bordage

J’avais envie de vous faire partager mes réflexions sur le sujet, l’exercice est, il est vrai, périlleux mais suffisamment intéressant pour s’y aventurer.
Nous consacrons du temps à donner du sens à notre existence, à nos actes, à essayer de décoder et de comprendre notre vie.
Albert Einstein écrivait qu’une nouvelle manière de penser était nécessaire à l’humanité pour survivre.(suite cliquer au-dessus "en savoir plus")
Quel chemin emprunte notre esprit, à quelles sources puisons-nous notre savoir ? Comment décoder l’invisible ?
Intéressons nous au processus créatif pour tenter de répondre à ces questions.
Le physicien Jean Emile Charon nous donne des clefs. Je le cite « il faut utiliser la pensée paradoxale car elle fait appel à l’intuition et la raison ».
Lorsque nos désirs créatifs, quels qu’ils soient, cherchent à s’exprimer, deux chemins s’offrent à nous :

1/ Celui de la raison
nous conduit à rechercher une réponse dans notre mémoire, au travers d’expériences passées. En fait nous puisons dans une immense bibliothèque que nous avons entièrement aménagée au cours de notre vie. Elle est à l’image de nos acquis sociaux et culturels. Le résultat de cette création sera à l’image de cette dernière : limité et conditionné à notre propre expérience.
Le philosophe Berkeley signifiait que les choses ne sont pas, elles sont ce que l’on pense d’elles ici et maintenant.
L’univers accepte l’existence des contraires. Une solution consisterait à harmoniser ces contraires en élevant notre niveau de conscience, mais cela est une autre affaire...L’homme d’aujourd’hui, formaté, s’en éloigne. Hélas notre moyen de communication au travers de l’intuition est devenu très pauvre, nous nous sommes amputés d’un véritable sens à découvrir notre univers, nous nous servons de plus en plus de la raison mais la principale caractéristique de cette dernière est qu’elle n’est jamais absolue mais toujours relative car elle s’appuie toujours sur quelque chose, notamment sur ce qu’admet notre mémoire. (lire à ce sujet les conclusions d’Hilbert Turing)
La raison est instinctive, mathématique elle ne résout pas forcément les problèmes de fond.

2/ L’intuition
est infinie et multiple, elle contient la mémoire de l’univers, plus de 15 milliards d’années ! L’espace temps y est différent. Le passé, le présent et le futur nous transportent aux frontières du possible. Cette banque de données est inépuisable, elle se crée en chaque seconde. Mystérieuse, elle contient les réponses à toutes nos questions. Alors il nous faut apprendre à baliser ce chemin afin de pouvoir passer à l’acte créatif et pouvoir exprimer nos ressentis, notre langage. C’est le moment de trouver son écriture comme tant d’artistes ont su le faire, captant bien avant l’heure, les besoins et tendances universelles qui constitueront à moyen terme nos repères. C’est ramener de l’inconscient collectif, un besoin formé par l’humanité. L’artiste récolte, interprète et nous livre avec sa personnalité et sa sensibilité ce que chacun de nous contient de façon parcellaire pour en avoir écrit le sénario.
Victor Hugo aimait à dire : « rien ne dompte la conscience de l’homme car la conscience de l’homme, c’est la pensée de Dieu »
Le professeur Dutheil, avec sa théorie des tachyons, pense lui aussi que notre univers n’est que le reflet d’une réalité supérieure.
Le physicien Geoffrey explique qu’une particule est ce qu’elle est en fonction de ce qu’elle sera. C’est une position avec le déterminisme d’autant. Jusqu’alors on admettait que tous les aspects de l’univers dépendaient du passé mais jamais du futur. Cela évoque les champs morphogénétiques de Sheldrake.
En fait, l’imaginaire dans lequel se déroulent la plupart des processus de l’esprit, apparaît comme une sorte de miroir du réel ; l’intuition, écrit J.E.Charon « c’est la conscience de l’univers. Alors que la raison ne peut nous offrir qu’une représentation de cet univers, la raison c’est le provisoire, le temporaire, ce qui meurt. L’intuition c’est la conscience, l’éternel, sans doute la vie elle-même. »
L’intuition nous permet de créer ce qui n’a jamais existé en unifiant tous les paramètres de l’être entre le réel et l’imaginaire, le conscient et l’inconscient.
L’être à l’écoute de son intuition devient le metteur en scène de son propre décor. Il crée sa vie en harmonisant ses contraires et entre ainsi en contact avec sa propre création instantanée. Il incarne dans l’instant passé, présent, futur. L’être est avant tout un émetteur-récepteur de sa vie.
L’être n’a jamais eu de commencement car le néant ne peut donner naissance à quelque chose. Avec la vie vint la sensibilité de l’être évoluant vers la splendeur de la réalisation de soi.
La créativité intuitive passe donc par la conscience de l’évolution du soi. Si ce texte vous interpelle voir vous passionne, c’est la preuve que vous le contenez pour l’avoir en partie élaboré. Pour ma part, je n’ai fait que capter vos pensées et les retranscrire avec ma sensibilité et ma compréhension.
Je vous livre ma philosophie sur le sujet.

La philosophie de Michel Bordage sur le rapport esprit-matière
De la non-vie vint la vie ; de la matière morte naquît l'esprit. Avec la vie apparut la perception : la perception de la beauté et de la laideur, de la sérénité et de la peur. La vie est la façon dont l'univers se perçoit lui-même ; l'esprit est la puissance de la perception.
Tandis que la vie croissait, évoluait et devenait plus complexe, c'est alors qu'apparut l'intelligence, et avec elle, la faculté de comprendre. Les êtres intelligents que nous sommes interrogèrent l'univers et, quand ils furent assez adroits pour formuler leur question, l'univers leur répondit. Le lien invisible entre la matière et l'esprit devint plus puissant, en même temps que la connaissance universelle devenaît plus profonde. La nature même de ce lien est cependant mystérieuse et subtile, et il est plus facile de comprendre la nature de la matière et de l'énergie. L'être humain a développé une technologie en exploitant les lois de la physique, mais elle manque de fondements mystiques. Il a aussi élaboré des cultures évoluées, froides et cruelles ; insensibles qu'elles sont au battement du cœur de la réalité.
L'artiste est cet être qui étudie ce lien entre la matière et l'esprit. C'est donc bien lui qui entreprend de marcher sur la voie de l'harmonie universelle. Il se rend compte qu'au delà de ce que semble être les trois ordres de réalité du monde - matière, vie et esprit -, il existe des êtres illuminés capables de jouer avec la simple matière brute et de l'éduquer. Ces êtres illuminés, dont il fait partie, créent à leur tour la vie en modelant la matière brute à l'image de ses émotions et de ses passions.
C'est ainsi que l'artiste, esprit qui ressent ce lien entre lui et le reste de l'univers, recrée la cellule
originelle, base de la vie.
La vie est la façon dont l'être humain se perçoit lui-même. L'art est la puissance de sa perception

En conclusion, chacun de nous est capable de retrouver le chemin de sa véritable identité, conscient de cette immense richesse. Il nous faut faire des choix par le raisonnement et donc traduire paradoxalement toutes ces informations afin d’exprimer, de décoder pour soi-même et le plus grand nombre.
Les rêves, ces mémoires conscientes et inconscientes que tous nous contenons.
Ce qui fera la différence d’un artiste à l’autre auprès du spectateur ou de l’auditoire, sera la capacité finale d’interprétation que vous saurez utiliser.
Votre ouvrage devra contenir clairement et avec force, ce qui se trouve cadré en chacun de nous. Ainsi le spectateur captivé voyage ainsi que votre carrière.
Si ce texte vous a interpellé nous pouvons alors communiquer et continuer d’échanger sur le sujet.